LE CLAIR-OBSCUR !

Titre d’un chapitre d’un de mes bouquins en chantier, Mariage entre histoire vrai et envolée poétique. Vos remarques et commentaires (fussent-ils négatifs) seront les bienvenues pour aider l’améliorer. 

PS: INTERDIT AUX ALLERGIQUES D’UN PEU DE LECTURE.

 

Le Clair-Obscur !
Qu’est-ce donc que cette association de Mots ?
Qu’est-ce encore que ce grand topo ?
Ce vocable n’est-il pas en soit idiot ?
Fusse t-il d’un particulier beau ?
Je n’irais pas jusqu’à parler de ragot,
Mais qu’y’a-t-il de clair derrière l’obscur d’un hublot ? 

Le Clair-Obscur !
Ce n’est peut-être encore que mon seul manteau,
Mais acceptez que de mon pinceau,
Je vous joue les notes de ce tableau,
Et qu’avec mon piano,
Je peigne pour vous ce vécu jusque là bien furtif, de ma plume d’apprenti griot,
Dans l’espoir qu’au terme de mon propos, 
Lorsque sera vidé la peinture de son pot, 
Vous ayez pris peau dans ce maillot,
Et, 
Que vous soyez comme moi Vibrato, 
Soprano ou Alto, 
Vous me disiez si vous aussi vous reconnaissez dans mon sanglot,
Pour qu’alors nous portions le même drapeau,
Et que rassuré, je me sente moins seul dans le bateau.

Le Clair-Obscur 
Oui je l’ai connu si tôt, 
A cause d’une fille de la rue Pitot,
Qui en cours me faisait des clins d’œil pas très réglos,
M’envoyant chaque jour des texto,
Et dont j’ai eu le malheur d’aimer un peu trop.

♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠

A cette époque j’avais cessé de rêver de Tokyo,
Pour lui offrir à elle seule mon secret bien gardé de puceau,
Je vous épargne tous mes petits euros, 
Que nous dépensions à la vitesse d’un casino,
Me faisant passer pour un bobo,
Tandis qu’après avoir rendu sa Renault de mon «Poto»,
Je retrouvais bien caché dans un ghetto, mon petit vélo de pédalo,
Et rentrais chez moi tout en tremblot,
Sous un temps qui avait très souvent oublié de m’épargner ses eaux.

Le Clair-Obscur !
Normalement vous devriez avoir compris à ce niveau,
Mais me diriez-vous en sursaut, 
Puisque j’ai commencé il vaut mieux aller jusqu’au bout du rouleau,
Alors oui je voulais être son héro,
N’hésitant pas à m’opposer à tous ces fachos,
Qui au lycée étaient les seuls à parler tout haut,
Mais ce jour là tout le monde eut de mes échos,
La peur au ventre mais le courage dans mon argot, 
Je leur montrai que je suis un vrai négro,
Et du fils que j’étais de Soweto,
Tous m’appelèrent désormais Zorro.

Le Clair-Obscur !
Le soir venu, je passais des heures caché derrière mon rideau,
Scrutant de l’autre côté le moindre mouvement sur sa fenêtre couleurs bordeaux,
Épiant, d’un œil attentif cette gestuelle sensuelle à laquelle j’avais pris goût jusqu’aux os,
Le moment fatidique auquel plus qu’une Ado, 
Elle prenait plaisir à se dénuder comme dans un chic porno,
Se donnant en spectacle de dos,
Scène pour laquelle j’aurais volontiers payé pour en avoir une photo,
Ou si j’eusse plus de courage, faire moi-même une vidéo,
Question d’éviter de me faire passer pour mytho, 
Auprès de la seule personne à qui je me confiais sans repos,
Mon petit chiot toto.

Le Clair-Obscur !
Point ne fut besoin de lui avouer mes sentiments certes un peu machos, 
Un soir elle accepta de sortir avec moi au club FouCo, 
Nous dansâmes du Tango, 
Et là, elle m’embrassa à l’impro, 
Et me fit un chuchot,
Je t’aime mon Zorro.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Ce fut la fin du rideau, 
Puisque nous sortîmes ensemble désormais comme 2 tourtereaux,
Profitant de tous les cadeaux qui s’offraient à nous de jour en jour sur un plateau, 
Conjuguant avec insouciance tous les agios, 
Que seuls nous savions avoir avec autant de brio,
Expérimentant jusqu’au lavabo notre libido de jeunes cocorico.

Mais c’était sans compter sur le complot de mes rivaux,
Qui eurent raison de sa patience à mon égard, le temps d’un long voyage sportif à Monaco,
Hélas, elle me prit pour un sot,
Se donnant en trio à ces deux salauds,
Quittant ensuite la ville sans laisser de mots,
Me gardant pour seul souvenir ses mégots,
Je vous laisse imaginer le scénario,
Un véritable fiasco !

Le Clair-Obscur !
Ahuris, Meurtri, Aigri, Abasourdi, Abêti, 
Je mis beaucoup de temps à comprendre pourquoi je ne pu l’en vouloir à elle ma chérie, 
Mais quand à lui, l’Amour, je ne su m’empêcher de le détester comme du vomis, 
Car il avait anéanti toutes mes envies, 
Pris le restant de mes amis, 
Dont j’avais du mal à revoir par peur qu’ils en rient,
Peur qu’ils me renient,
Peur d’être honni,
D’être à nouveau trahis.

Alors oui je ne pu éviter à mon tour de le honnir, de le haïr, de le maudire,
Mais plus fort que moi, subsistait encore une lumière qui semblait m’indiquer l’espoir pour tenir,
Me donnant la force de courir,
L’envie de réussir, 
Malgré ma volonté de partir,
La haine de tout fuir,
La peur de ne plus jouir, 
Le désarroi des jours avenirs.

Le Clair-Obscur !
Ce fut sans doute l’une des étapes à passer pour devenir homme dans ce monde cruel, 
Je parvins non sans peine à m’en remettre de plus bel,
En me disant que la vie était trop belle pour y mettre fin ne fusse qu’en pensés éventuelles, 
Qu’il y’avait encore tant de choses à faire et à voir dans cet archipel, 
Que je n’avais pas le droit de leur opposer une fin de non recevoir même temporaire fusse t’elle.

« Demain » sera sans doute meilleurs me disais-je d’un air rebelle, 
Lorsque je serais plus grand qu’à l’heure actuelle, 
Lorsque l’Amour aura grandi lui aussi de façon exponentielle, 
Qu’il aura converti sa chapèle,
Passant à quelque chose de moins mortel,
De plus fusionnel,
Quelque chose de moins superficiel,
De moins virtuel.
Oui, je pensais que ce qui m’était arrivé n’était qu’accidentel.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mais voici que 10 ans plus tard, le monde est toujours aussi laid,
Hommes et Femmes continuent de se tromper et de s’entretuer les cœurs sans arrêt, 
Et il fait toujours aussi gris depuis ma fenêtre et mon tabouret,
Malgré plusieurs bonnes et très bonnes éclaircies passées par là je l’admets,
Tout est à reprendre désormais dans mon trajet, 
Maintenant ils n’avaient plus aucun sens nos projets,
Plus personne ne rirait quand je ferrais un Pet,
Plus rien ne servait de rester aux aguets,
Tout ce qu’elle m’avait offert me gênait,
Bonnet, briquet, bracelet, gilet, carnet…
Dire que je m’étais fait coquet, 
Pour lui offrir enfin ce coffret, 
A l’occasion de son Brevet,
Bref, je referme ce volet, 
Rien ne sert d’en faire un chapelet,
Ils ont volé mon seul crochet, quel toupet !

Le Clair-Obscur !
Vous y voyez peut-être plus clair à présent ? 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le Clair-Obscur, nous le voyons tous un jour ou l’autre,
Quand derrière nos airs joyeux, 
Nous sommes rongés par les larmes de nos vœux,
Par le poids de gros enjeux,
Et que même nos pleures n’ont plus d’yeux,
Pour faire appel au loin dans les cieux,
A un signe de nos aïeux,
Un miracle de nos « Dieux » 

Le Clair-Obscur !
Le Clair-Obscur nous rend Pieux,
Parfois nous apprend à vivre mieux,
Des fois encore fait de nous de petits vieux,
Pire, d’étranges personnages envieux,
Qui affaiblis par la ruse du temps capricieux,
Deviennent astucieux, vicieux, curieux, haineux, 
Anxieux, Suspicieux, Spongieux, Superstitieux, Insomnieux, 
Consciencieux, impérieux, religieux…

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Le Clair-Obscur !
Le Clair-Obscur c’est notre crépuscule, 
Ce moment où la nuit et le jour se rencontrent,
Et qu’alors malgré la volonté d’avancer encore et encore,
On se heurte à la réalité de la nature,
Au besoin de faire appel à une force supra naturelle,
Qui nous illuminera tant bien que mal pour y croire à nouveau.

Le Clair-Obscur !
Le Clair-Obscur C’est notre chemin de croix à nous,
Quand au loin on aperçoit le Golgotha et qu’on se dit qu’on y sera bientôt à genoux, 
Mais qu’à contrario, chaque montée que nous croyons la dernière en cache une autre on ne sait trop venue d’où,
Et que derrière toute tentative d’abandon, on entend comme une voix qui nous fait espérer toujours sans remous,
Un vent contraire qui semble nous conforter dans nos ultimes convictions seules contre tout.

Le Clair-Obscur !
Le Clair-Obscur c’est le lampadaire du coin de la rue qui même éteint, nous sert de repère pour poursuivre la route jusqu’au bout,
C’est notre miroir de la société surtout, 
Celui dont le reflet nous renvoi comme un arrière goût, 
A cause des milliers de petits bonheurs qui se construisent autour de nous partout, 
Et qui nous font dire par dessus tout,
Qu’il n’y a aucune raison pour qu’il n’en soit pas un jour autant pour nous, au-delà du coût.

◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘

Le Clair-Obscur c’est cette sensation d’ailleurs,
Qui nous habite alors qu’on est ici, qu’on est d’ici,
Et que plus rien ne nous y sied,
Plus rien ne semble à notre goût,
A notre image, 
A notre aise.

Le Clair-Obscur !
Le Clair-Obscur est cette chanson que nous aimons tant,
Mais qui pourtant nous interroge sur notre vie d’antan,
Mais qui pourtant nous rappelle des souvenirs qu’on aimerait oublier souvent,
Des peurs, qu’on aimerait ne pas avoir à présent, 
Des courages dont on est obligé de se doter à chaque instant,
Au risque de rester enfermé chez soit,
Et d’entendre partir le train,
De voir passer sa chance, 
De ne pas saisir cette main,
Qui nous sortirait de l’ornière,
Qui nous ferait revivre,
Qui nous referait désirer.

Le Clair-Obscur !
Bref, le Clair-Obscur vous l’aurez compris,
Je l’ai connu trop jeune, je l’ai connu trop tôt,
Il semblait parti, il est revenu, 
Mais il m’a appris la vie, 
Il m’a appris l’Amour,
Et j’y crois encore,
Et je souhaite que vous aussi,
A conditions de revoir nos murs de peurs,
Et de ne lutter qu’avec une seule arme, 
Celle de ne jamais céder pieds au fatalisme,
Et de croire en la passion chaque jour,
Pour ne point être surpris lorsqu’elle frappera à notre porte,
Pour n’avoir de faiblesse que la force de savoir aimer,
De savoir s’aimer,
Et non la peur de ne guerre l’être,
De ne guerre s’aimer,
Pour vivre heureux avec ou sans lui,
L’Amour,
Le vrai ! 
RM

Publicités

A propos M Richard

Business Devoloper Et Consultant en Marketing & Relation Clients, Choriste et Amateurs de sports de Balles, de Natation et de Vélo, Coach de Vie à temps Voulu, Défenseurs de Causes dont on parle peu, Passionné de littérature et de Poésie, Blogueur, Spécialiste de l'Afrique Centrale
Galerie | Cet article a été publié dans Littérature & Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.