L’Amour est une Fleur qui n’a de couleur que les Cœurs !

L’Amour est une Fleur qui n’a de couleur que les Cœurs !
Perdue depuis des mois à cause de fausses rumeurs,
Je vis dans la torpeur,
Et tout ce qui m’entoure n’est plus que Noirceur,
Car je n’ai plus d’âme-sœur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Aujourd’hui Mon Cœur Se meurt,
Finies les soirées en sueurs,
Aujourd’hui Mon corps s’apeure,
Car le Monde m’écœure,
La vie pour moi n’est plus que laideur,
Et rien n’a plus autant de valeur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Comment ne pas m’effondrer en pleures,
Comment ne pas m’enfermer des heures,
Et moi qui croyais que nous autres les hommes, n’étions pas des enfants de cœurs,
Et moi qui pensais être protégé par mes hormones d’homme de Couleur,
Je découvre que la douleur est une sensation qui n’a pas minuteur.
Femmes ou hommes, elle fait de nous de fragiles seigneurs,
Petits ou Grands, elle nous transforme en de minuscules acteurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

L’Amour est une fleur qui n’a de couleur que les cœurs,
A chacun de lui peindre une histoire sans leur,
De lui trouver une splendeur,
A chacun de lui donner saveur,
Belle ou moins laide, il faut croire en son histoire avec ferveur,
Laide ou moins Belle, il ne faut écouter que son intérieur,
Car quand on aime, il vaut mieux boucher ses oreilles aux poètes du malheur,
Car quand on aime, Il vaut mieux ne pas écouter les chantres de la mauvaise humeur,
Les marchands de la stupeur,
Les adeptes de la terreur,
Les ragoteurs, les blablateurs, les saboteurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Si j’étais un mineur, je me montrerais sans doute querelleur,
Ou peut-être ferais-je une grosse erreur,
Mais vous n’en valez pas la peine, et je ne vous ferrais pas cet honneur,
Je préfère me la jouer nargueur,
Et vous laisser le rôle de colporteurs,
Au lieu de succomber à vos histoires de farceurs.
Non, vous ne verrez pas mes pleurs !

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

L’Amour est une douleur qui n’a d’égale que la rancœur,
L’amour est une tragédie qui se vit comme un complexe de rondeur.
Quand il se porte bien tout est douceur,
On s’offre des pétales de fleurs,
Nos yeux clignent à vive à l’heure,
On est presque toujours en chaleur,
Les idées pleines la tête on passe au canard vibreur**,
On se fait tripoteur, on se veut tâteur,
Il parait qu’on est bon masseur,
On se sent comme vainqueur,
Pour elle toujours bon trinqueur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

A ses yeux nos dires n’ont rien à envier à un scripteur,
On est le meilleur auteur,
Pour elle, tout ce qu’on fait semble venir droit d’un grand sculpteur,
L’assurance gagne nos lenteurs,
Celle qu’on aime est notre unique Primeur,
Les autres nous croient bon tombeur, et nous appellent sieur,
Pourtant on a juste ouvert notre cœur, en évitant d’être menteur,
Bref quand tout va bien, le ciel brille de mille splendeurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Mais quand il se porte mal,
L’Amour fait de nous des souffre-douleur,
On a des envies d’ailleurs,
Le monde n’est plus meilleur,
On cesse d’être rêveur,
On est plus du tout viveur,
On devient même râleur,
La nuit à nouveau, on se fait ronfleur,
Tel un vibromasseur, Tel un vélomoteur,
Sur le lit on crée un séparateur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

De nos propos trop de rigueur,
De notre regard, on se croirait senseur,
Le climat entre nous n’est plus que tiédeur,
On se confie au docteur,
Le prenant pour un confesseur,
Puis c’est au tour de la sœur,
On lui dit qu’on perd notre loveur,
Qu’il n’ya plus aucune lueur,
A cause de faux conseilleurs, à cause de fausses rumeurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Ah l’amour, quelle belle frayeur !
Quel subtil ravisseur !
Quelle douloureuse senteur !
Quel joli broyeur !
Quel vilain moqueur !
Quel viril penseur !
Quel habile spineur !

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

L’amour est une tumeur dont on ne comprend pas toujours les vecteurs**,
Parfois on est bien sans ses nombreuses peurs,
Parfois on est mal sans ses moments de jalousies salvateurs,
L’amour est une folie qui n’a pas de cœur,
L’amour est la seule Maladie qu’on se souhaite avec vigueur,
Il m’a attiré dans son monde tentateur,
Il m’a emporté au pays de ses Grandeurs,
Il a fait de moi un homme Protecteur,
Pourtant tout cela n’a pas suffit à éviter ses pièges ravageurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Vous avez brisé mes ardeurs,
Vous mes chers pourfendeurs,
Qui avez cru en mon déshonneur,
Pourtant je ne peux vous en vouloir de ne point avoir de pudeur,
Puisque la haine ne fait pas partie de mes mœurs,
Puisque la peur s’en est allé ailleurs.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽
Mais je ne vous demande qu’une faveur,
C’est de m’épargner à l’avenir vos fausses amitiés de quémandeurs,
Nourrissant dans mon dos des plans de fossoyeurs,
Hélas, vous n’avez fait que me rendre plus fort dans la douleur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Aucun regret de ces années de bonheur,
Et la Jalousie jamais ne vous rendra vainqueurs,
Pour preuve, elle m’a quitté mais vous aussi d’ailleurs,
Dites-moi donc qui est le meilleur joueur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Vous resterez toujours mes challengers,
Pauvres petits amateurs,
La prochaine fois il faudra vous y mettre à plusieurs,
Et prendre un peu plus de hauteur,
Car vous n’êtes que de beaux parleurs,
Et je n’ai pas besoin de médiateurs,
Pour lui dire ma valeur,
Pas besoin d’enquêteurs pour lui prouver ma profondeur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Comme vous manquez rigueur !
Prenez-vous donc un professeur,
Mieux un tuteur,
Si vous voulez être meilleurs tricheurs,
Car même dans l’horreur,
Il faut voir le bon curseur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

L’amour est une fleur qui n’a de couleur que les Cœurs,
Le mien vivra toujours loin de vos clameurs,
Le mien sera toujours aussi charmeur,
Car malgré ses erreurs,
Il sait rester digne et se montrer réparateur,
Puisqu’elle m’a redit à tout à l’heur.

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

Oui, nous allons nous y remettre de belle ampleur,
De plus belle ardeur,
Au-grand-dame de vos airs suffisants de voltigeurs,
Elle se passera volontiers de vos services d’épieurs,
Car on a décidé de ne plus faire appel aux traducteurs,
De ne plus entendre les emmerdeurs,
De regarder dans le même viseur,
De partager les mêmes douleurs,
Les mêmes malheurs,
Les mêmes sueurs,
Oui, j’ai retrouvé mon âme-sœur !
Et si ça vous pinaille, allez vous faire des rougeurs !

✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.¸✽¸.•♥♥•.✽¸.•♥♥•.¸✽

L’amour est une fleur qui n’a de couleur que les Cœurs,
Merci à vous mes bien aimables lecteurs,
Mais ne me jugez pas trop vite, je vous sais bien plus majeurs,
Ce ci n’est qu’une histoire de cœur,
Montée de toute pièce d’ailleurs,
Une parodie sans plus de valeur,
Tout ce qu’il y’a de plus « pollueur »,
Je sais, je vous ai mené en leur,
Mais c’est bien ça la magie de ce long labeur !
RM

Publicités

A propos M Richard

Business Devoloper Et Consultant en Marketing & Relation Clients, Choriste et Amateurs de sports de Balles, de Natation et de Vélo, Coach de Vie à temps Voulu, Défenseurs de Causes dont on parle peu, Passionné de littérature et de Poésie, Blogueur, Spécialiste de l'Afrique Centrale
Galerie | Cet article a été publié dans Littérature & Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.