PoUr ToUs CeUx QuI pAsSeNt « SeUlS » lEs FeTeS

✏ ✍
Plus rien ne m’atteins,
Plus rien ne me vainc,

J’ai connu la joie,
Et le Malheur aussi,
J’ai connu l’amour,
Et la haine aussi.

J’ai vécu la peur,
Et le courage de même,
L’innocence m’a rendu visite,
La maturité aussi.

Les erreurs ont hanté ma vie,
Quelques succès s’y sont opposés,
La fragilité m’a rendu vulnérable,
Certains ont cru en profiter.
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Du fond de ce puit où ils me voyaient enterré, j’ai trouvé ressources,
Quand je fus aveugle, c’est alors que j’ai le mieux vu,
Lorsque je manquais de tout, il ne me sembla jamais aussi heureux d’être dépourvu,
Seul, j’ai pu découvrir mes plus inconditionnels alliés,
Entouré j’ai compris que dame solitude,
Sieur « épicurien »,
Jeune ma plume,
Compagnons ma music
Et Mlle ma voix,
Mes fameux alliés disais-je, valaient parfois mieux qui conque.
◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘
Non, plus rien ne m’atteins,
Plus rien ne me vainc,
Rien ne m’éteint,
Je continuerais mon chemin,
Car je le dois aux miens,
Eux seuls m’ont tenu par la main,
Dire que j’ai songé à y mettre fin.

Finalement il avait raison cet écrivain de dames charmeur,
Au-delà des malentendus et mésententes qui sèment torpeur,
Les seuls vrais amis dans ce monde ce sont tes parents, tes frères et tes sœurs,
Les autres ce sont juste des gens avec qui, on se dit poliment merci de l’intérieur,
Des gens avec qui on se rend mutuellement service et parfois à contrecœur.
********************************************************************************
La vie est ainsi faite, cessons de nous plaindre de ce qu’on n’a pas dans nos tiroir,
Regardons plutôt ce qu’on a, et qu’on ne sait pas voir,
Entourons-nous de ceux qui savent lire nos déboires,
Ceux qui savent nous reconnaître même dans le noir,
Ceux qui accourront au moindre appel du fond de notre isoloir.

Cessons de ne voir que notre petit monde en transe,
Sachons reconnaître l’abondance que nous offre la providence,
Tant autour de nous, il y’en a qui manquent de ce que nous autres appelons non-sens,
Tant il y’en a qui souffre du manque de cette semence.
█▒▒▒▒▒▒▒▒▒ ██▒▒▒▒▒▒▒▒ ███▒▒▒▒▒▒▒ ████▒▒▒▒▒▒
J’ai connu la nuit, j’ai connu la lumière,
J’ai vécu l’orage, j’ai vu passer le beau temps,
L’ingratitude fait partie des hommes m’aviez-vous dit,
La lâcheté est une des faiblesses humaine qu’on ne peut éternellement en vouloir,
La méchanceté hélas, joue son rôle sur cette terre de contradictions.

Plus rien ne m’atteins,
Plus rien ne me vainc,
Souvent je manque de pain et de vin,
Mais pour autant je ne me plains,

Quand je pense à tous ce gens, je suis plein,
Non pas seulement ceux qui, sales et ignorés traînent dans les trains,
Mais aussi ceux qui tout sourire, souffrent d’un trop tôt départ vers un inconnu que tous on craint,
Moi derrière ma plume je n’ai plus faim,
Et j’ai la chance de vous savoir encore parmi nous mine de rien,
Les épreuves il y’en aura toujours c’est certain,
Déception après déception, je finirais bien par connaître mon tremplin.
♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠♠
Qui sui-je, pour conseils vous donner seriez-vous tentés de me demander,
seulement si vous vous y reconnaissez,
Sachez que de moi aussi on s’est joué,
Mais ils m’ont appris qu’il faut continuer de vivre bon gré, malgré,
Ils ont fait de moi un homme riche dans sa pauvreté,
Je n’aurais jamais assez de mots pour leur dire ma pensé.
✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔✔
Cette année encore Noël comme la fin d’année c’est sans eux que je « l’ai » fêté,
Comment toutefois m’en plaindre quand autour de moi, nombreux sont ceux qui ne peuvent avoir la même gaieté,
Celle de les entendre au bout du fil là bas, dans cette lointaine contrée.

La vie continue de bonifier en moi ce que vous avez commencé,
Rassurez-vous, un jour je pourrais à nouveau vous embrasser,
Oui, d’autres choses me manquent en vérité,
Mais vous restez mon plus beau cadeau rêvé,
Je prie nuit et jour le ciel pour qu’il entende cette volonté,
Les autres, de grâce, vous feriez mieux de la fermer,
Vos pleures pour un rien, il y’en a qui les échangeraient bien volontiers.
❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒ ❒
Plus rien ne m’atteins,
Plus rien ne me vainc,
Certains se rient de nous qui manquons de tout,
Mais il pleut sur tous les toits me permettrais-je de leur rappeler sans arrière pensé,
JE DÉDIE CET EXPOSE A TOUS CEUX QUI N’ONT PLUS LEURS OU UN DE LEURS PARENTS BIEN AIMÉS,
Nul doute que même partis il(s) sont avec vous pour l’éternité….

※❤•※♡•※❤•※♡•※❤※♡※❤•※♡•※•※❤•※♡•※❤•※♡•※❤•※♡•※❤•

☞ ®M™

Publicités

A propos M Richard

Business Devoloper Et Consultant en Marketing & Relation Clients, Choriste et Amateurs de sports de Balles, de Natation et de Vélo, Coach de Vie à temps Voulu, Défenseurs de Causes dont on parle peu, Passionné de littérature et de Poésie, Blogueur, Spécialiste de l'Afrique Centrale
Galerie | Cet article, publié dans Littérature & Poésie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour PoUr ToUs CeUx QuI pAsSeNt « SeUlS » lEs FeTeS

  1. cynthia dit :

    franchement c trop bien dit, bien resume

Les commentaires sont fermés.